Forum des Supporters de l'USAM !

et du handball en général :D
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mondial 2007 en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Herr_general
Equipe régionale
Equipe régionale
avatar

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Lun 3 Déc 2007 - 10:13

Bravo les bleus, beau résultat ! féria féria
français français français
tous derrière la France.
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Lun 3 Déc 2007 - 23:03

La Hongrie s'est qualifiée sans surprise face au Congo

La surprise a failli venir du japon qui s'est incliné face à l'Espagne 36-29 le score ne reflétant pas la phisionomie de la partie

L'intérêt de la compétition aurait été relancé si le Japon avait tenu jusqu'au bout


Citation :
Jorge Duenas de Galarza, entraineur de l’Espagne « On savait que la partie allait être difficile, que la victoire se jouerait jusqu’au bout. En première mi-temps, nous n’avons pas pu mettre la défense en place et donc nous n’avons pas pu préparer nos attaques, qui étaient un peu trop précipitées. Après la pause, on a mis le système défensif en place et ça s’est montré payant. Demain contre la Hongrie, ça sera très dur, c’est une très bonne équipe. Les joueuses sont très fatiguées, et la Hongrie aura un avantage de ce côté-là. »

Bert Bouwer, entraineur du Japon
"Mes joueuses ne sont pas habituées à jouer une heure à ce rythme. Elles ont paniqué à la fin du match en jouant vers les ailes plutôt que vers le but adverse. On a surpris beaucoup de monde à Nîmes depuis deux jours, on s’est fait encouragé par le public en jouant bien, mais tout ça ne nous amène pas au second tour. "

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mer 5 Déc 2007 - 0:56

:hand: voilà,pour NIMES c'est finit enpleurs1 , mais quel final la soirée fut superbe dans une salle comble avec une ambiance digne de l'événement et du jeu produit

féria féria féria féria féria


Le Congo bravo s'est imposé face au Japon qui avait tout donné hier chouette

Hongrie- Espagne match nul aprés un match fou,fou,fou fou2

Impressionants et impossants surpporters Hongrois mais oh combien sympathiques :tambour: grog uneautre :tambour:



français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mer 5 Déc 2007 - 22:09

Cela faisait bizarre ce soir de retrouver le Parnasse dans sa configuration habituelle et oui pour Nîmes c'est bien fini
Bon trêve de nostalgie et quelques derniéres nouvelles sur les matchs d'hier
En tout cas ce qui ne sont pas venus parce que la france n'était pas là se sont privés de bien beaux matches ,trés disputés et haut en couleur

Citation :
La furia espagnole pousse la Hongrie au nul


C’était la finale du groupe E. Et les deux équipes n’ont pas pu se départager au terme d’une partie haletante (26-26). C’est toutefois la Hongrie qui finit première du groupe, au goal average.

Le sommet du groupe, pour une fois, n’a pas accouché d’une souris. A Nîmes, c’est une véritable lutte à mort que se sont livrée Espagnoles et Hongroises. En jeu, la première place du groupe, et quelques points d’avance pour le prochain tour. Mais personne n’a réussi prendre le dessus. Les deux équipes s’envolent donc pour Dijon à égalité.

La première mi-temps se résume à une courte-poursuite entre la fougue ibérique et l’expérience magyare. Longtemps, la Hongrie a couru après le score, et derrière Marta Mangue Gonzales (10/13 au tir, photo), la joueuse du match, qui offre aux siennes un avantage honorable ( 7-3 à la 13e).

Un chassé-croisé permanent
Seule Anita Gorbicz, toujours aussi étincelante (six buts sur dix tentatives), permet aux Hongroises de conserver un espoir. Mieux que ça, même, puisqu’à la mi-temps, la Hongrie n’est menée que d’une petite longueur (14-13). S’ensuit un chassé-croisé entre deux équipes qui n’entendent pas lâcher prise. L’une et l’autre mène au score sans parvenir à se détacher (24-24 à la 55e). La tension monte au fil du compte à rebours. Dans une salle du Parnasse transformée en arêne, la mise à mort n’a pas eu lieu : 26 partout à 25 secondes de la fin, un dernier tir hongrois qui s’envole, et les Espagnoles obtiennent le match nul. Un score de parité qui sonne pour elles comme une victoire à part entière, à les voir sauter de joie à la fin du match.

Beatriz Ferñandes Ibañez, Espagne :

« On est très contentes, ça s’est vu à la fin du match. On savait qu’avec une équipe de la qualité de la Hongrie, ça allait être très dur jusqu’au bout. On ne pensait pas tenir, je ne réalise pas encore. On a une équipe jeune, avec un nouvel entraineur depuis deux mois, on n’a fait que deux rassemblements avec lui. Mais ce soir on avait envie, c’est ça, beaucoup d’envie. La suite ? Je ne sais pas quoi vous dire... je n’arrive pas à reflécir, je suis trop heureuse ! »

Jorge Dueñas de Galarza, entraineur de l’Espagne :

« A deux minutes de la fin, quand une des joueuses se fait sortir et que je demande le temps mort, je pensais que c’était perdu. Mais on a réussi à faire expulser une Hongroise et à égaliser. J’ai tremblé sur la dernière possession hongroise, mais c’est passé. On est rentré dans la compétition avec quelques doutes, mais hier on a bien joué contre le Japon et aujourd’hui, je pense qu’on ne peut pas dire que la Hongrie a mal joué. C’est nous qui l’avons fait déjouer. »

Andras Nemeth, entraineur de la Hongrie

"On n’a pas bien joué, on ne mérite pas de gagner. Les joueuses étaient trop nerveuses, ce n’est pas comme ça qu’on doit jouer au handball. La suite ? Je ne suis pas devin"

Citation :
Le Congo à la baguette

L’opposition de style était parfaite ce soir entre des Japonaises véloces et des Congolaises plus physiques. Finalement, c’est le Congo qui l’emporte 32 à 28 et qui gagne son ticket pour Beauvais.

Les deux équipes visaient le même objectif, une première victoire dans la compétition. Dans la lutte pour la troisième place du groupe E, chacune a misé sur son propre jeu : rythme effréné chez les Niponnes, construction plus posée chez les Congolaises. Dans un premier temps, le Congo parvient à faire parler sa puissance (8-4 au bout du quart d’heure de jeu), à l’image d’Aurelle Itoua, joueuse du match (13/20 au tir). Mais à force de chercher la faille, les Japonaises parviennent à limiter les dégats, n’étant plus menées que de deux buts à la pause (13-15). En début de seconde mi-temps, les arrêts de la gardienne Virginie Yende permettent aux Congolaises de conserver voire de creuser l’écart : 24-18 à la 43e. Visiblement émoussées par leurs deux précédentes sorties, les Japonaises, qui avaient pourtant surpris le public nîmois par leur qualité de jeu, n’arrivent pas à combler leur retard. Malgré un ultime baroud d’honneur, avec la petite Mineko Hirai ( 7 buts sur 13 tentatives), elles s’inclinent 32 à 28.

Destination Beauvais
Le Congo finit donc troisième du groupe E, et le Japon dernier. Les destins des deux équipes se séparent, puisque pour la Coupe du Président, ce sont les Congolaises qui iront à Beauvais et les Japonaises à Plaisir, où les places d’honneur se joueront à partir de jeudi

Bert Bouwer, entraineur du Japon

« C’est dans la culture japonaise d’éviter le contact. Le Congo possède des joueuses de qualité, très physiques, et on éprouve beaucoup de difficultés à jouer contre de telles équipes. C’est dommage, mes joueuses ont de très bonnes jambes mais rien dans les épaules. Il faudrait faire comme la Corée, s’entrainer beaucoup pour s’étoffer. C’est un problème culturel, nous n’étions pas fatigués. Je pense que le hand gagnerait à moins privilégier les contacts. En plus aujourd’hui, les arbitres ont pris des décisions incompréhensibles. »

Gheorge Ionescu, entraineur du Congo

« Tout le monde pensait que nous irions à Plaisir. Pas moi. Nous avions à coeur de déjouer les pronostics, et nous l’avons fait. Nous sommes très satisfaits. C’est une victoire très importante pour nous, les joueuses y trouveront une motivation pour la suite de la compétition. Aujourd’hui, on a gagné contre une très bonne équipe, avec un jeu de qualité, très rapide, qui se différencie du handball européen. Je félicite le Japon pour leurs performances depuis dimanche, mais ce soir, la différence de taille nous a permis de marquer beaucoup de tirs à 9m. »

Virginie Yende, Congo « On est très très très contentes. On savait que tout était possible. On s’est dit que si on partait perdantes on prendrait une valise. Alors on a tout donné et on a vu que ça marchait. La chance était de notre côté. »


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Ven 7 Déc 2007 - 20:25

Handline n° 105

Citation :
UN PAS EN ARRIERE

Les choses n'auraient pas pu plus mal se passer hier soir pour les Bleues. Défaites par une équipe d'Angola impressionante et décomplexée (27-29), Camille Ayglon et les Tricolores ont, de plus, sans doute perdu Stéphanie Lambert, blessée en fin de rencontre. Il va falloir profiter de la journée de repos aujourd'hui pour panser les plaies et rebondir, obligatoirement, samedi face à la Macédoine. Sous peine de ne pas se qualifier pour les quarts de finale.


"Une douche froide". Véronique Pecqueux-Rolland résume bien l'état dans lequel se trouvait l'équipe de France hier soir. Dominatrices un bon tiers de la partie, les joueuses d'Olivier Krumbholz quittent le parquet avec un crédit de cinq buts à la mi-temps. "A force de jouer avec le feu, on se brûle", poursuit Véro. Surtout face à des Angolaises sans pression emmenées par une Näïr Almeida en apesanteur (11 buts sur 12 tentatives). Et voilà. Quelques minutes et "l'habituel" passage à vide plus loin, les joueuses africaines égalisent à cinq minutes du terme. Puis prennent l'avantage. Et en infligeant un cuisant 7 à 0 aux Tricolores.

Herbrecht, elle aussi spectaculaire hier soir, a bien tenté de remettre les Bleues dans le sens de la marche. Mais, contrairement au match de la Croatie, les dernières minutes n'ont pas suffi. Et c'est sur un but... d'Almeida que l'Angola a créé la surprise, en battant l'équipe hôte. "On leur donne les ballons qu'il faut, on les laisse jouer alors qu'on les avait complètement éteintes en première mi-temps", résume Isabelle Wendling. Olivier Krumbholz va plus loin. "On a mal joué, c'est sûr, constate-t-il. Mais les arbitres nous ont aidé à perdre. Ils ont fait les malins pour ramener le petit pays dans la partie et puis ça leur échappe complètement".

Force est de constater que les Françaises ont été effectivement pénalisées. En revanche,aucune Angolaise n'a été exclue temporairement. "Les filles ont pris peur. Elles se sont figées". Malgré son amertume le sélectionneur n'a pas été avare de compliments au sujet de l'Angola. "C'est une très belle équipe. Avec des bras extraordinaires. Et puis, elles ont eu de la chance. Beaucoup de ballons leur sont revenus dans les mains."

Pas dans celles des Françaises. Qui ont encore échappé beaucoup de balles. "Oui, il y a encore eu du déchet, mais, de toutes façons, depuis le début du mondial, on a le sentiment que le ballon glisse pour nous et par pour les autres, poursuit Olivier. Samedi, face à la Macédoine, c'est le match de la survie. Si on perd, on est sûr de ne pas aller en quarts. Et, même si on gagne, la porte ne sera peut-être pas ouverte pour autant".

En s'inclinant, les Bleues sont dans une situation inconfortable. Voire dangereuse. La journée de repos d'aujourd'hui va servir "à panser les plaies". Histoire d'aborder le match couperet de samedi sur une dynamique nouvelle. Une dynamique qui doit mener les Tricolores vers un succès salvateur.


Classement : 1. Norvège, 4 pts ; 2. Russie, 4 pts ; 3. Angola, 2 pts (+2), 4. France, 2 pts (-2) ; 5. Croatie, 0 pt ; 6. Macédoine, 0 pt.

Classement : 1. Allemagne, 4 pts, 2. Roumanie, 4 pts ; 3. Hongrie, 3 pts ; 4. Espagne, 1 pt ; 5. Pologne, 0 pt ; 6. Corée du Sud, 0 pt.


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Sam 8 Déc 2007 - 12:13

HANDLINE 106

Citation :
VAINCRE OU SOUFFRIR

La nuit a été longue après la défaite contre l'Angola. La journée de repos d'hier n'aura sans doute pas été inutile. Mais le temps n'est plus à l'analyse. Progressivement, les Bleues se sont tournées vers le match de la Macédoine d'aujourd'hui. Un match aux airs de huitième de finale. Tant la victoire est capitale pour continuer à exister.

Le soleil. Puis la pluie. Et le soleil à nouveau. La météo s'est calquée sur l'ambiance de la journée de repos. La défaite face à l'Angola de jeudi soir était encore dans les têtes hier. "On essaye d'oublier tout ça", confiait Amandine Leynaud.

Mais l'ambiance n'était pas à la désolation. Bien au contraire. Même si Olivier Krumbholz confessait "que les filles en étaient encore à la phase de digestion", on sentait déjà, dans les discours, sur les visages, que les Françaises étaient tournées vers le match de la Macédoine. "Un match couperet, poursuit Olivier. On savait qu'exception faite de la Norvège et de la Russie, aucune équipe n'avait de marge dans ce groupe. Maintenant qu'on a grillé notre joker, il faut montrer que c'était un accident. Ou pas".

Nouvelles rassurantes pour Cano et Lambert

La nuit n'a pourtant pas été douce. Certaines joueuses ont veillé tard pour analyser la vidéo du match. "On a eu du mal à s'endormir, confie à ce sujet Véronique Pecqueux-Rolland. On a refait le match. On l'a regardé et on a beaucoup discuté." Comprendre. Pour faire le deuil. A l'image d'un groupe prêt à rebondir, Véro se veut positive. "Il ne faut pas tout remettre en cause non plus. C'est vrai qu'on a grillé notre joker. Mais il y a le match très important contre la Macédoine. Il ne faut pas dire que tout est fini. On n'a juste plus le droit à l'erreur."

Le groupe s'est réuni vendredi en début de matinée. Pour parler. Encore. Trouver les réponses. "Quand on est maître du jeu, il faut réussir à l'assumer", résume Myriam Borg. Après une respiration dans la matinée au cours de laquelle les Bleues ont profité d'une éclaircie pour se promener, tout le monde n'avait plus qu'un leitmotiv : se concentrer sur la suite. L'adversaire du jour est connu. Plus académique que l'Angola. "Mais on redoute tout le monde, poursuit Véro. C'est une équipe solide qui a beaucoup d'expérience avec une joueuse redoutable, Radulovic. Elle met le feu partout. Elles peuvent nous faire vivre l'enfer. A nous de retrouver le jeu qui nous fait gagner".

La journée s'est achevée sur l('annonce de nouvelles encourageantes concernant les deux blessées Stéphanie Cano et Stéphanie Lambert. Le diagnostic est moins grave qu'attendu pour la première qui souffre d'un gros choc musculaire au mollet. Et la seconde se remet bien de sa blessure à la cuisse gauche.

Dans quelques heures, les Bleues auront l'obligation de rebondir. Pour gagner. Pour poursuivre l'aventure. "On est allé dans le fossé jeudi. Il faut remonter sur le chemin", conclut Véro. Le chemin qui mène aux quarts de finale. Sous peine de devoir créer l'exploit face à la Norvège et la Russie, les deux grandes favorites du Mondial.


Citation :
Rien n'est fait, mais...

Deuxième journée de ce tour principal aujourd'hui. Et déjà, certaines équipes pourraient s'engager sur la bonne voie des quarts de finale. Alors que d'autres sont quasiment condamner au succès si elles ne veulent pas compromettre la suite de l'aventure.

Tour principal (2ème journée)

Poule 1 (Metz)

Les Bleues n'ont pas le droit à l'éerreur. Tout comme la Croatie et la Macédoine, dont le compteur est toujours bloqué à zéro, qui doivent impérativement s'imposer si elles veulent continuer à espérer. Le gros choc de la journée oppose la Russie - championne du monde en titre - à la Norvège - championne d'Europe. Le vainqueur devrait s'assurer la première place du groupe.

15 heures : France - Macédoine
17h : Croatie - Angola
19h15 Norvège - Russie

Classement

4 points : Russie et Norvège
2 points : France, Angola
0 point : Croatie et Macédoine

Poule 2 (Dijon)

La Corée n'a plus le droit à l'erreur face à la Pologne si elle veut arracher son billet pour les quarts. L'Allemagne, équipe en fome du moment, tentera de confirmer et de s'engager sur la bonne voie face à une équipe de Hongrie en manque de point et qui cherchera à conforter sa position. La Roumanie affronte l'Espagne dans le second choc de la journée. En cas de victoire, elle devrait s'assurer une qualification en quart.

14h30 : Allemagne - Hongrie
16h30 : Pologne - Corée
18h30 : Espagne - Roumanie

Classement

4 points : Allemagne et Roumanie
3 points : Hongrie
2 points : Espagne
0 point : Pologne et Corée


ALLEZ LES BLEUES , SOMMES DERRIERE VOUS


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Sam 8 Déc 2007 - 15:23

:victoire: cela chauffe à Metz

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Sam 8 Déc 2007 - 15:28

banane :victoire: banane :victoire:


Bon elles ont été valeureuses et même si ce fut laborieux elles ont gagnées

En dehors du mondial , il ne faut pas oublier l'enjeu qualification pour les JO

ALLEZ,ALLEZ LES BLEUES ALLEZ


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Dim 9 Déc 2007 - 8:51

Citation :
] LE GRAND SOULAGEMENT

La belle victoire des Bleues sur la Macédoine (23-29) combinée au succès des Angolaises sur les Croates (34-28) a ouvert les portes des quarts de finale aux Françaises hier. Une bonne chose de faite et l'occasion d'aborder les deux prochains matches - contre la Russie (ce soir à 19 heures) - et la Norvège mardi avec moins de pression sur les épaules.


Il y a eu quelques cris quand l'Angola en a eu fini de croquer les Croates. Mais pas de grosse explosion de joie. Confinées dans leur hôtel, les Bleues et le staff se sont sans doute sentis soulagés d'être, malgré tout, aussi vite qualifiés pour la suite de la compétition. « Sauf malheureux concours de circonstances, on devrait aller en quarts », confiait Olivier Krumbholz après le succès sur les Macédoniennes.

Le présage s'est confirmé quelques heures après. Et, coup du sort, ce sont les Africaines qui qualifiaient les Bleues, après les avoir punies jeudi soir. Mais, un peu plus tôt dans l'après-midi, hier, les filles d'Olivier Krumbholz avaient fait la moitié du chemin en s'imposant devant la Macédoine. Une partie que les Françaises débutaient logiquement dans un état de crispation. Conscientes de l'enjeu et des conséquences dramatiques que pourraient provoquer l'issue du match. Alors, la lutte est d'abord rude avant de tourner en faveur des Tricolores. Puis, comme face à l'Angola, ces dernières se laissent malmener quelques minutes par leur adversaire. "On a encore eu un petit passage à vide, se souvient Camille Ayglon, impeccable sur son poste. Mais on s'est vite remis d'aplomb pour faire une fin de match sérieuse."

"Du rôle de chassé à celui de chasseur"

La volonté collective affichée au cours des longues heures qui séparaient le match de l'Angola de celui de la Macédoine n'aura pas été vaine. Les filles s'en voulaient. Elles voulaient se faire pardonner. Se pardonner à elles-même. "On a passé deux jours difficiles, continue Olivier. Ca n'était pas évident de repartir après le match catastrophique contre l'Angola. L'équipe de France a démontré aujourd'hui (ndlr : hier) qu'elle était prête à vivre une belle deuxième semaine."

Une deuxième semaine qui débute ce soir avec le choc entre les Bleues de France et les montagnes russes. Et là, rien n'est plus pareil. La hiérarchie est bouleversée. Les Bleues n'auront en effet plus la charge de porter le lourd fardeau de favorites. "Nous passons du statut de chassé à celui de chasseur", promet l'entraîneur des Bleues. Ce qui, de coutume, convient davantage à l'équipe de France...

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Dim 9 Déc 2007 - 18:30

SANS OUBLIER LES JAPONAISES QUI ONT FAIT VIBRER LE PARNASSE

Citation :

Le Japon prend la tête du groupe

Le Japon s’est imposé facilement devant le Paraguay (36 – huit). En tête du groupe IV, il affrontera l’Argentine pour la 19ème place du classement mondial.

Les Japonaises n’ont montré aucune pitié devant les Paraguayennes. Ouvrant le score dès la 20ème seconde de jeu, le Japon s’est ensuite offert un but par minute. Les Paraguayennes, au contraire, ont dû attendre la 7ème minute pour marquer pour la première fois, alors que les Japonaises avaient déjà trouvé le chemin des filets à neuf reprises. Les Paraguayennes, comme toujours, jouaient de toute leur force. Mais leurs efforts ne suffisaient toujours pas pour stopper les attaques rapides et précises des Japonaises. Les Asiatiques sont rentrées aux vestiaires avec un avantage net de 19 buts ( 23 – 4).

La deuxième partie de la rencontre restait toujours sous le contrôle des Japonaises. Les Paraguayennes n’avaient pas du tout les moyens pour faire vaciller la défense japonaise. La meilleure performance de l’équipe sud-américaine venait de leur gardienne Maria Villalba (6 arrêts sur 13 en deuxième mi-temps). Mais une seule personne ne suffisait évidemment pas pour arrêter les attaques japonaises, notamment celles de la joueuse numéro 14 Noriko Omae (8 buts sur 10 essais). Le Paraguay s’est incliné finalement sur un écart de 28 buts.

Les deux équipes joueront demain leur dernier match de ce mondial. Le Japon se trouvera face à la tête de l’autre groupe l’Argentine. Le Paraguay affrontera l’Australie pour décider de l’ordre des dernières deux places de ce championnat du monde.

Samedi 8 décembre 2007

Déclarations

Bert Bouwer, entraîneur du Japon : Je suis un peu étonné par leur niveau d’aujoud’hui parce qu’elles ont bien joué contre la Chine hier. Demain ce sera un match difficile pour nous contre l’Argentine.

Ruben Subeldia, entraîneur du Paraguay : C’est à partir de ce genre de match que nous apprenons beaucoup. Nous sommes venus ici nous avec deux objectifs : c’est d’apprendre et de ne pas finir derniers. Donc demain nous allons tenter de gagner et d’atteindre ce deuxième objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Dim 9 Déc 2007 - 21:09

HANDzone

Citation :
Renvoyées par les Tsarines…

9 Décembre 2007

Rassurées par leur victoire sur la Macédoine, les Françaises, d’ors et déjà qualifiées pour les quarts de finale à Bercy se voyait offrir le droit de rêver à une première place de poule. La condition : Battre la Russie dans des Arènes chauffées à blanc et ensuite faire un deuxième exploit en battant la Norvège mardi prochain. Pour se faire, Olivier Krumbholz avait décidé de mettre Makaan Tounkara au repos, la Havraise ayant été largement sollicité depuis la blessure de Stéphanie Cano. Restait à mettre la Russie sous l’éteignoir en lui mitonnant une défense bien prise de tête pour les grands gabarits russes privé de sa seule arrière droite gauchère Bliznova, victime sans doute d’une rupture des ligaments du genou face à la Norvège et mettre en place un jeu offensif digne de rivaliser avec la défense 6-0 des Russes qui avait étouffé l’attaque de la Norvège.

Krumbholz contre Trefilov
Et au jeu d’échec annoncé, la France posait ses pions la première avec une double stricte sur Liudmila Postnova et Irina Poltoratskaya et la fameuse 4-2 tant attendue en attaque avec Isabelle Wendling et Véronique Pecqueux Rolland. Mais les Russes outrepassaient assez facilement cette défense et tentant et réussissant quelques mouvements individuels de bonne facture et obtenant presque à tous coups des jets de 7 mètres que l’immense Elena Polenova se faisait un plaisir de convertir sans ciller. Mises en révolte, les Françaises commençaient à trouver des espaces par Sophie Herbrecht ou au poste de pivot où elles aussi bénéficiaient de jet de 7 mètres. Mais malgré une prestation plus que convaincante d’Amandine Leynaud dans les buts, les Tricolores souffraient de plus en plus face à cette 6-0 russe qui mettait les tireuses françaises dans le rouge complet. Résultat, montées de balle et solution de près faisaient gonfler le score de façon très angoissante pour le public.

La Russe se corse
Olivier Krumbholz changeait alors de défense, passant lui aussi sur une 6-0 et lançant Mariama Signate en attaque pour apporter de la puissance de tir à son jeu. Mais la tactique va être immédiatement contrée par Evgueni Trefilov qui ajustait ses troupes et en plus trouvait une Maria Sidorova précieuse dans les buts. Résultat un trou de 6 buts qui faisait tâche dans les espoirs français. La révolte bleue ne pourra que stopper l’hémorragie, Camille Ayglon et Nina Kanto trouvant les bons espaces, mais rien de plus pour combler une partie de ce retard déjà bien conséquent pour garder des ambitions réelles de victoire.

Rien de mieux, tout est pire

Le début de seconde période allait confirmer la suprématie des Championnes du Monde en titre face à leurs devancières. Maria Sidorova qui continue à martyriser les shooteuses tricolores quand les tirs sont cadrés, la défense qui ne trouve plus trop la parade aux attaques de leurs adversaires et au bout de 7 minutes de jeu, ce n’était 6 buts, mais 8 qui séparaient les deux formations. La situation devenait même critique à la fin du premier quart d’heure, avec 9 buts de retard et le temps mort pris par Olivier Krumbholz sur un shoot gagnant mais refusé d’Isabelle Wendling, comme si la domination russe ne suffisait pas, le sort jouait aussi son rôle dans l’affaire.

Tout est perdu, fort l’honneur, quoi que…
Seule celle qui avait faillit disparaître au plus profond du trou dans lequel ses performances face au Kazakhstan et la Croatie avaient failli l’emmener, Camille Ayglon, trouvait encore quelques solutions offensives. Autour de ça, un peu le grand vide provoqué par une trop grande domination des Rouges contre laquelle Valérie Nicolas essayait bien de lutter mais bien en vain. La messe était dite depuis longtemps et la fin de match allait être quasi cruelle avec le -10 de la 50° minute, même le retour en 5-1 ne changeait rien à l’affaire. Les dix dernières minutes allaient être un gros calvaire pour les Bleues, perdant ballons sur ballons en attaque, laissant les Russes dérouler comme à la parade, qui semblaient ne même plus forcer leur talent. Polenova enquillait les 7 mètres, les contre-attaques giclaient de plus en plus rapidement et le -11 final ne fait rien avancer au niveau des actions tricolores. Ni le classement, la 4° place semble maintenant certaine, ni la confiance qu’il va falloir retrouver mardi face à la Norvège, vaste programme…, ni pour les quarts de finale ou la France est maintenant promise au premier de la poule de Dijon, ce qui sera tout sauf une partie de plaisir.

A Metz, Arènes
Le 9 décembre 2007 à 16h30
France – Russie : 20 – 31 (Mi-temps: 9-15)
4 500 spectateurs
Arbitres :
MM DIN C. et DINU S. (Roumanie)

Statistiques du match

France
Gardiennes
1 LEYNAUD Amandine 30' 4/17 dont 0/2 pen.
16 NICOLAS Valérie 30' 7/25 dont 0/4 pen.

Joueuses
4 KANTO Nina 2/2
5 AYGLON Camille 6/9 dont 4/4 pen.
7 PINEAU Allison 1/5
8 PECQUEUX ROLLAND Véronique 2/2
10 HERBRECHT Sophie 4/9 dont 3/5 pen.
13 WENDLING Isabelle 0/1
14 BORG Myriam 0/2
17 DEMBELE Siraba 0/3
18 GUEHL Delphine 2/4
20 TERVEL Rafaelle 1/2
22 PIEJOS Katty 2/7
24 SIGNATE Mariama 0/4

Russie
Gardiennes
1 SUSLINA Inna 3' 2/6 dont 1/4 pen.
16 SIDOROVA Maria 57' 14/30 dont 1/5 pen.

Joueuses
2 VYAKHIREVA Polina 2/3
3 POLTORATSKAYA Irina 4/5
4 ROMENSKAYA Oxana 1/2
5 POSTNOVA Liudmila 3/4
6 KAREEVA Anna 3/4
8 ANDRYUSHINA Ekaterina 1/4
9 USKOVA Yana 2/2
10 POLENOVA Elena 7/8 dont 6/6 pen.
11 TUREY Emilia 1/3
15 SHIPILOVA Natalia 6/9
18 MURAVYEVA Nadezhda 0/2
19 DMITRIEVA Elena 1/3

© François Dasriaux


français français français


HANDzone


Citation :
France-Russie: Réactions d'après match. 9 Décembre 2007


Myriam Borg : « On ne profite pas de notre avantage terrain »

« Même s’il l’on s’ait que l’on est qualifiées pour les quarts, cette défaite fait mal au moral. Certes, nous ne rencontrions pas n’importe qui ; la Russie est championne du monde en titre, certes cette équipe est très physique, mais prendre 10 buts d’écarts c’est lourd

Nous avons peut être été un peu fébriles sur ce match, nous aurions du etre beaucoup plus méchantes sur ce match. On ne profite pas de notre avantage terrain ; on est chez nous et on n’élève pas le niveau d’agressivité. Est-ce que nous attendons le bon moment pour le faire ? Je ne sais pas, en tous cas, il ne faudra pas que nous le fassions trop tard. Bref, nous allons prendre une grosse avoinée ce soir, et nous allons bien profiter de cette journée de repos pour travailler et rebondir face à la Norvège. »

Isabelle Wendling : « Il faut assurer un peu d’orgueil »
« Aujourd’hui, on a pas existé devant cette équipe de Russie car nous n’avons pas réussi à les contrarier ne serait ce qu’un peu. Et face à ce type d’équipe, si puissante physiquement, cela ne pardonne pas. Certes, on sait que l’on a pas la capacité de développer ce genre de jeu, mais nous pouvons développer des alternatives pour contrer leurs plans. Et puis, si l’adversaire n’était pas le même, la concentration n’était peut être pas aussi la même que face à la Macedoine. Perdre contre la Russie n’est pas un déshonneur mais delà à en prendre onze, se faire marcher dessus, non seulement en défense mais sur le terrain, c’est dommage. Il faut assurer un peu d’orgueil dans la combativité et dans les moments de chaud. »

Olivier Krumbholz (sélectionneur de l’équipe de France) : « une classe de différence »

« Je tiens tout d’abord à féliciter les russes, il est indéniable que cette équipe a une classe de différence à la notre. Il faudra nous servir de ce genre de match pour continuer à avancer. Personnellement, je suis bienheureux d’être tombé dans la poule de la Russie. D’une part, c’était un match très agréable à jouer et il est toujours un honneur de prendre des leçons de handball face à un tel adversaire. Et l’essentiel et que nous ne puissions pas rencontrer un adversaire de notre poule en ¼ de finales. Par conséquent je suis surtout bienheureux de ne pas avoir à les rencontrer en quart ! Et je vous avoue que lorsque l’on n’arrive pas à inverser le rapport de force, surtout dans les duels physiques… .

Néanmoins, même s’il y eu quelques satisfactions, à l’image de Camille Ayglon qui se stabilise tant en défense qu’en attaque, de Siraba Dembelé qui a mis beaucoup d’énergie, et de Nina Kanto qui a beaucoup combattu, nous avons souffert sur tous les postes. Ainsi, certaines de nos tireuses n’ont pas eu le même rendement que d’habitude, Sophie Herbrecht, Myriam Borg, Mariama Signate, et sur le poste d’ailier droit, Katty Piejos eu du mal à se mettre dans le rythme…cela fait beaucoup trop de problèmes pour pouvoir espérer s’en sortir. Néanmoins on a continué à jouer, on a développé un jeu. Certes, nous avons continué à jouer, à développer notre jeu, mais cela n’a pas suffit.

« Ce match nous montre le chemin »

Pour nous, ce match montre le chemin pour les années à venir, il n’y a rien de nouveau pour nous. Et si nous retrouvons les Russes dans ce championnat du monde, il est bien évident que nous prendrons encore plus de risques. Et puis rappelons le, nous n’avons pas organisé le championnat du monde pour l’emporter coûte que coûte mais aussi pour proposer au public français l’occasion de voir jouer les meilleures joueuses et équipes internationales.»


Evgeny Trefilov (sélectionneur national de l’équipe de Russie ) : « Nous aurons tout fait pour aller à Paris »

Propos recueillis par

© Yannis Drapier

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Lun 10 Déc 2007 - 6:57

HANDLINE n°108

Citation :
La fraîcheur de l’Angola

Après la France, la Russie, la Norvège, la Roumanie et l’Allemagne, ce sont les Angolaises et les Hongroises qui se sont qualifiées pour les quarts de finale. Le dernier billet se jouera à distance, demain, entre l’Espagne et la Corée du Sud.


TOUR PRINCIPAL

GROUPE I (METZ)

On y voit à présent très clair dans le groupe MI. Comme prévu, ce sont la Macédoine et la Croatie qui ne joueront à Paris que des matches de classement. Après la France et la Russie, dont l’explication a largement tourné à l’avantage des championnes du monde (31-20) ; après la Norvège, qui a tranquillement fait le boulot face à la Croatie (35-29) ; c’est l’Angola qui s’est invité à la fête. Et ce n’est que justice tant les prestations des Africaines sont brillantes depuis leur arrivée en France. Après la victoire face aux Bleues (29-27), on parlait encore de surprise. Après celle face aux Croates (34-28) et celle d’hier face à la Macédoine (33-25), il va falloir prendre très au sérieux la troupe de Jéronimo Nieto. Hier encore, les anciennes Dijonnaises Kiala et Bengue ont été redoutables aux tirs, tout comme la jeune gazelle Nair Almeida dont le talent éclate à la face du monde. Et les deux danses exécutées à l’issue de leur prestation étaient aussi fraîches que leur jeu. «Je suis heureux de passer à l’autre phase de cette compétition, a dit le sélectionneur lusophone en conférence de presse. Maintenant, je continue plus que jamais de croire au potentiel de mon équipe, mais nous irons en quarts de finale plein d’humilité et de respect. Avant cela, je n’oublie pas qu’il y a encore un match contre la Russie.» Il aura lieu demain. La Norvège certaine de finir en tête, la France ne pouvant pas faire mieux que quatrième, ce choc entre Angolaises et Russes offrira au vainqueur la deuxième place du groupe.

Classement : 1. Norvège, 8 pts ; 2. Russie, 6 pts ; 3. Angola, 6 pts ; 4. France, 4 pts ; 5. Croatie, 0 pt ; 6. Macédoine, 0 pt.
Aujourd’hui : repos.

Demain : Macédoine - Croatie ; Angola - Russie ; France - Norvège.

GROUPE II (Dijon)

Dans le groupe MII, il y avait déjà la Roumanie et l’Allemagne. Il y a, à présent, la Hongrie. Les Magyares ont obtenu leur sésame en battant la Roumanie (34-31). Tout au long de la première période, pourtant, les affaires étaient mal engagées pour la troupe d’Andreas Nemeth. Mais après la pause, Anita Gorbicz a pris les choses en mains. L’Allemagne, de son côté, a pris les commandes du groupe grâce à son succès sur la Pologne (35-32). Avant la dernière journée, demain, ces trois sélections qualifiées peuvent prétendre à la première place qui vaudra à l’heureuse élue le privilège d’affronter la France en quarts de finale. Pour sa part, l’Espagne a de bonnes raisons d’y croire. Hier, dans le sillage d’une Marta Mangue impeccable (10/13), elle a battu la Corée du Sud (28-26). L’équation est simple pour les Ibériques. Un seul point, demain face à une Pologne qui n’a plus rien à jouer, leur est nécessaire pour ravir aux Asiatiques la quatrième place qualificative du groupe et obtenir le droit de défier la Norvège à Bercy.

Classement : 1. Allemagne, 7 pts ; 2. Roumanie, 6 pts ; 3. Hongrie, 6 pts ; 4. Espagne, 3 pts ; 5. Corée du Sud, 2 pts ; 6. Pologne.

Aujourd’hui : repos.

Demain : Roumanie - Allemagne, Hongrie - Corée du Sud ; Espagne - Pologne.

français français français


Bon demain j'aimerais bien que l'ESpagne gagne.......................

ET LE CONGO a beauvais alors ALORS

Site handball2007

Citation :
Surprenant Congo…

Décidément, les Ukrainiennes ne sont pas dans leur assiette, elles auront certainement tremblé un peu, ce soir, face au Congo et à son jeu atypique. Elles sortent tout de même victorieuses, 28-31.


La défaite toujours en travers de la gorge, l’équipe d’Ukraine se raccroche désespérément à son jeu, très construit, pré-programmé.

La surprise de ce match, c’est que les congolaises ont bien préparé leur défense. L’analyse vidéo, qui a du occuper leur journée entière hier, leur donne les moyens de contrer la majorité des attaques adverses. Les africaines tentent le tout pour le tout.

Elles égalisent rapidement en début de match, et collent au score. Gisèle Donguet, leur capitaine, en grande forme, inscrit 9 buts.

Les Ukrainiennes, n’avaient certainement pas imaginé rencontrer un tel adversaire et s’étaient bornées à un « service minimal » en plaçant principalement des joueuses de l’équipe 2. Mais dès la 20ème minute, l’équipe titulaire rentre progressivement sur le terrain, pour contrer cet ouragan congolais. On attendait une rencontre fade, conduite par le rouleau compresseur de l’Est. Finalement, le public s’est laissé prendre à ce jeu haletant.

14 partout à la mi-temps, le nuage s’assombri au-dessus des Ukrainiennes. Le Congo, porté par la ferveur de la gagne, se précipite un peu et manque de belles occasions en multipliant les petites maladresses. Leur principale faille se trouve malheureusement dans les buts, avec des gardiennes très jeunes et assez inexpérimentées.

Au final, l’Ukraine remporte le match, 31-28, mais cette victoire à l’arrachée n’aura pas aidé à remonter le moral des joueuses de l’Est.

Leonid Ratner, Coach Ukrainien « je ne suis pas content du jeu de mes filles. Elles sont vraiment minées par nos défaites précédentes, et n’arrivent pas à reprendre le dessus. Nos cinq meilleures joueuses sont bléssées, ce qui n’arrange rien au moral de l’équipe. Demain, la bataille sera rude face au Brésil. »

Gheorghe Ionescu, entraîneur congolais « Notre équipe a bien joué et je tiens vraiment à remercier les joueuse ukrainiennes de nous avoir laissé jouer, et mes filles, de s’être si bien mobilisées. Ce championnat nous aura vraiment beaucoup apporté sur le plan technique. Mais les congolaises étaient bien fatiguées et n’ont pas su profiter des bonnes situations. »

Raphael Amat, entraîneur de l’équipe féminine de Chambly, N1 « Le Congo présente un jeu très atypique qui bouleverse les habitudes du handball de l’Est. En attaque, elles se sont bien adaptées et se servent efficacement de leur arrières pout tirer de loin. C’est dommage qu’elles n’aient pas eu de bonne gardienne, elles auraient pu être vraiment dangereuses pour l’Ukraine. »


Citation :
[b] Congo- Kazakhstan… La fatigue mène le jeu !

Un match laborieux conduit par deux équipes fourbues. Sous le signe de la maladresse mais de la rage de vaincre, le suspense entre Congo et Kazakhstan, au coude à coude, sera intense. La victoire du Congo, 27-26, clôturera ce match après 2X5 minutes de prolongations.

Il était temps que ça se termine. En cette fin de tournoi, les joueuses manquent cruellement de lucidité et de réactivité de jeu.

L’absence de cohésion de groupe et d’initiatives communes appauvrissent terriblement le match. Et pourtant, les filles s’arrachent : c’est le dernier match, et personne ne veut perdre. Les handballeuses veulent gagner coute que coute en adoptant la technique du tout pour le tout, qui malheureusement rime avec désorganisation générale. Sans construction efficace, de nombreux tirs sont tentés, en vain.


Dernière édition par le Mar 11 Déc 2007 - 6:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mar 11 Déc 2007 - 6:27

handline 109

Citation :
DERNIERE REPETITION

Après la lourde défaite concédée dimanche face à la Russie (20-31), les Bleues ont profité de la journée de repos d'hier pour se ressourcer. Olivier Krumbholz est quant à lui revenu sur la prestation de dimanche face aux joueuses de Trefilov. Et si l'entraîneur des Bleues souhaite préserver les énergies, il attend tout de même de ses filles qu'elles fassent meilleure figure ce soir face aux championnes d'Europe norvégiennes. Histoire de quitter Metz sur une bonne note.

"Face à la Norvège, ce sera la révision du quart, annonce Olivier Krumbholz. Le match servira à répéter chaque rôle sur chaque poste". Quelques heures après la leçon donnée par les Russes, l'entraîneur des Bleues confiait hier, après visionnage de la rencontre, que "c'était une petite équipe de France qui avait fait beaucoup d'erreurs" sur le terrain dimanche. "Quand il n'y a pas de pression, on n'existe plus vraiment". Et le souci majeur est bien là. Puisque le match d'aujourd'hui face aux Norvégiennes est un match pour du beurre. Ni les Bleues, ni les Scandinaves n'ont quelque chose à y gagner. Les Françaises seront, quoi qu'il arrive, quatrièmes du groupe et les coéquipières de Gro Hammerseng premières. Ne serait-il pas dangereux de partir en quart avec trois défaites au compteur ? Ou, du moins, en s'inclinant sans panache ? "Au niveau du classement, ça ne changera rien. Dans les têtes ? Je ne sais pas", lâche Sophie Herbrecht.

L'arrière droite des Bleues a été quelque peu ménagée dimanche. Tout comme d'autres éléments que le staff veut sans doute couver jusqu'à jeudi, jour du quart de finale. Hier, la journée de repos aura été l'occasion de s'aérer la tête. Les filles ont profité d'une partie de la matinée pour se promener dans les rues de Metz. Véronique Pecqueux-Rolland a passé quelques instants en compagnie de Gabin, son fils. Les filles ont ensuite partagé leur déjeuner avec Daniel Costantini. Puis, l'après-midi a été consacré à la préparation des prochains matches et s'est conclu par un entraînement auquel a participé Paule Baudouin avant de rejoindre Paris. Stéphanie Cano s'est, elle, concentrée sur le travail musculaire. Alors que Sophie Herbrecht et Stéphanie Lambert se sont contentées de faire du vélo.

"Garder du jus"

Mais, à quelques heures du dernier match de ce tour principal, la question qui se pose est : que va faire l'équipe de France ? "L'intérêt est de garder du jus pour le jour J tout en faisant monter certains éléments en charge", répond Olivier. Avant d'ajouter qu'il faudra tout de même montrer un autre visage que celui proposé face aux Russes en étant "solides et plus rigoureuses". Le staff devrait donc économiser les organismes en vue du quart. Mais sans pour autant laisser filer la partie. "Ce sera sans doute moins compliqué que dimanche (face à la Russie), poursuit l'entraîneur des Bleues. D'abord parce qu'il y a eu un jour de repos. Et aussi parce qu'après une défaite, il y a souvent une forte remobilisation". Tant mieux. Tant il serait dommage de quitter Metz sur une fausse note. Et même si Olivier confiait "qu'il ne faut pas se tromper d'objectif", face aux charismatiques championnes d'Europe norvégiennes, le public messin attend sans doute du match de ce soir qu'il prenne des airs de gala.

Une victoire serait de bonne augure français

Citation :
Norvège, la bête noire

Tout petit pays par sa population, la Norvège est un géant du handball féminin depuis une vingtaine d’années. Elle fait partie des grandes favorites, cette année encore. Là-haut, sous les latitudes polaires, la culture handball est aussi riche que le palmarès.

C’est peut-être l’équation la plus complexe du Mondial que les Bleues vont avoir l’occasion de résoudre aujourd’hui. Car la Norvège, en plus d’être une des grandes favorites, ne réussit pas à l’équipe de France. C’est une tradition : jamais les tricolores n’ont battu les Scandinaves en compétition officielle (le constat vaut également pour la Corée du Sud), si l’on met de côté la victoire à l’Euro 2000 face à une équipe norvégienne alors privée de ses cadres. Souvent, elles ne sont pas passées loin, et les France-Norvège ont construit la légende des deux nations. La finale de Lillehammer en 1999 (24-25 après deux prolongations) est encore dans toutes les mémoires..................

Citation :
Qui prendra le dernier quart ?

La dernière journée du tour principal aujourd'hui désignera le huitième quart de finaliste. Ce sera la Corée du Sud ou l’Espagne. Les ultimes rencontres donneront l’ordre exacte du groupe II. Dans l’autre groupe, l’intérêt sera de savoir qui de l’Angola ou de la Russie prendra la deuxième place.

Classement : 1. Norvège, 8 pts ; 2. Russie, 6 pts ; 3. Angola, 6 pts ; 4. France, 4 pts ; 5. Croatie, 0 pt ; 6. Macédoine, 0 pt.

Classement : 1. Allemagne, 7 pts ; 2. Roumanie, 6 pts ; 3. Hongrie, 6 pts ; 4. Espagne, 3 pts ; 5. Corée du Sud, 2 pts ; 6. Pologne, 0 pt.


Citation :
COUPE DU PRESIDENT

L’Ukraine, qui avait fait les frais de l’Allemagne et de la Corée du Sud au Tour Préliminaire à Nantes, a terminé le Mondial en remportant la Coupe du Président. A Beauvais, les Ukrainiennes se sont imposées 24-21 face aux Brésiliennes.

Le classement :

1- Ukraine; 2- Brésil; 3- Tunisie; 4- Autriche, 5- Congo; 6- Kazakhstan; 7- Japon; 8- Argentine, 9- Chine, 10- République Dominicaine; 11- Paraguay; 12- Australie.


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mar 11 Déc 2007 - 19:52

EQUIPE.FR

Citation :
Superbe victoire de la France (26-24) dans ce match sans enjeu du groupe 1 face à la Norvège

La France s'est rassurée après ses déconvenues face à l'Angola et la Russie. Cette victoire redonne le plein de confiance aux Bleues avant la dernière ligne droite. Très encourageant !

Les Bleues retrouveront jeudi 13 à Bercy la Roumanie en quart de finale.

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mer 12 Déc 2007 - 8:38

Handline 110


Citation :
BON POUR LE MORAL

Les Bleues ont achevé leur semaine messine par une magnifique victoire (26-24) sur les Norvégiennes, championnes d'Europe en titre. Volontaires et diablement efficaces, les joueuses d'Olivier Krumbholz ont indéniablement élevé leur niveau de jeu. Et sans doute passé un cap important. De très bonne augure avant le quart de finale de jeudi, face à la Roumanie. A noter que le groupe France enregistre le retour de sa capitaine Stéphanie Cano ainsi que l'arrivée de Christine Vanparys.


"C'est une bonne journée pour battre les Norvégiennes", avait lâché, quelques heures avant le coup d'envoi de l'alléchante affiche, Olivier Krumbholz. Et ses dires ont été vérifiés. Hier, à Metz, la victoire des Bleues fut belle, parce que la victoire est rare face aux talentueuses Scandinaves. Surtout lors des grands rendez-vous. Jusqu'alors, les Tricolores ne s'étaient imposées que sept fois en soixante et une rencontres depuis 1957. Alors "on peut savourer, lâchait Véronique Pecqueux-Rolland. On voulait relever la tête après le match de dimanche et emmagasiner de la confiance pour les quarts". C'est chose faite. Et dans tous les domaines. En défense, d'abord. Un secteur où les Tricolores ont proposé une densité impressionnante à des Norvégiennes qui ont fini par douter. "Une défense à la française très bien organisée", confie Olivier Krumbholz.

Côté offensif, péché mignon des Françaises depuis le début de la compétition, la ligne d'arrières a, elle aussi, bien fonctionné. Camille Ayglon ne cesse de monter en charge. Myriam Borg, un peu en dedans en début de partie, a été décisive à plusieurs reprises. Quant à Sophie Herbrecht, elle a su être présente dans les moments clés. Et que dire de Valérie Nicolas, immense derrière la muraille bleue. Allant jusqu'à pousser Gro Hammerseng, la star et capitaine norvégienne, à tirer au-dessus de la barre son premier pénalty.



Le retour de Cano, l'arrivée de Vanparys

"Ca fait du bien, soupire, le sourire aux lèvres, Camille Ayglon. Surtout après le résultat qu'on a fait contre la Russie." L'arrière droite des Bleues se régalait du succès d'hier. Mais, fidèle à elle-même, gardait la tête bien sur les épaules : "Maintenant, il ne va pas falloir l'oublier, ce match de dimanche (face aux Russes). La morale à retenir, c'est qu'on est vraiment capable de faire de belles choses ensemble. Mais qu'on déjoue aussi facilement. Il va falloir se méfier de nous-même".

Bien sûr, dès aujourd'hui, il ne sera plus temps de repenser à cet instant magique, cadeau d'au-revoir offert au public messin. Déjà, la Roumanie, adversaire de la France en quart, sera dans toutes les têtes, dans tous les esprits. "La victoire de ce soir (hier) aura un goût amer si on échoue en quart, prédit Olivier Krumbholz. En revanche, si on gagne, elle deviendra symbolique". Pour l'un des matches les plus importants du mondial, si ce n'est le plus capital, les Bleues enregisteront le retour de la capitaine Stéphanie Cano et l'arrivée de Christine Vanparys dans la liste des 16 sélectionnées. La première, blessée à la cuisse lors de France-Croatie à Pau, est d'attaque pour la phase finale. La seconde viendra pallier le forfait de Stéphanie Lambert sur la base arrière.

Avec sa victoire sur la grande Norvège, l'équipe de France tient donc son match référence du mondial. Le succès sur la Roumanie à la World Cup en octobre au Danemark fut, sans nul doute, celui de la préparation. Olivier avait alors noté que cela pouvait marquer les esprits si d'aventure les deux collectifs se retrouvaient en quart. Demain, ce sera l'heure de vérité.

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mer 12 Déc 2007 - 21:14

:tanpis: Trés tardives nouvelles de l'Espagne et poutant................



Citation :
Espagne qui pleure, Corée qui rit


Les Espagnoles se sont inclinées 30 à 29 face aux Polonaises, au bout d’un match haletant. Elles cèdent ainsi la dernière place pour Bercy à la Corée. Quant aux Polonaises, elles quittent le tour principal sur cette unique victoire.

Elles avaient envie d’y aller, les Espagnoles. Alors, elles n’ont pas perdu de temps. Dès la vingt-septième seconde de jeu, Marta Mangue ouvre le score. Histoire de montrer qu’elle n’a que Bercy en tête, la numéro neuf espagnole marque à elle seule la moitié des buts de la première mi-temps (7 sur 14).

Les Ibériques mènent longtemps au score, avec quelques écarts de quatre points. Des deux côtés, un jeu vif assure le spectacle qui a tant manqué à Dijon dans les autres matchs de la journée. Les Polonaises retrouvent alors rapidement leur place sur le terrain, avec le retour de la Kinga Polenz des beaux jours, et la rentrée sur le terrain d’une gardienne, Magadelana Chemnicz, égale à elle-même : forte.

Les attaques polonaises sont de plus en plus rapides, et l’on voit souvent les Espagnoles hésiter au moment de se placer en défense. Une aubaine pour les filles de Zenon Lakomy, qui reprennent l’ascendant à la vingt-septième minute de la première mi-temps (14-14), et arrivent à la pause avec une avance d’un but (14-15)

En début de deuxième période, le jeu s’accélère, même si les Espagnoles ont l’air de commencer à avoir la main qui tremble. Les occasions de marquer sont là, mais même le talent d’une Marta Mangue ne suffit pas à en profiter. Les Polonaises ont l’avantage, et le font sentir. Elles retrouvent de l’assurance en défense, et, en attaque, les faiblesses de la gardienne espagnole, Aitziber Elejaga Vargas, leur offre une petite avance au score.

A mesure que le jeu approche de la fin, les encouragements du public se font de plus en plus entendre, en même temps que les coups de sifflet des arbitres. Le jeu devient de plus en plus nerveux. Il faut toute l’agilité de Karolina Kudlacz pour que les Polonaises gardent leur avance.

Dans les dernières minutes de jeu, les Espagnoles ont encore envie d’y croire. L’issue reste incertaine jusqu’au bout, les spectateurs se régalent. Les Polonaises se font peur sur un penalty espagnol à la 29è minute, alors qu’elles ne mènent que d’un point, mais Chemnicz veille, et la Pologne remporte finalement son premier et dernier match du tour principal. On ne la voit pas, mais on la devine, la troisième équipe du jeu, la Corée, est rassurée : l’Espagne lui cède la place pour Bercy.

Déclarations :

Kinga Polenz, joueuse polonaise : « Le match était difficile, mais on avait confiance. Nous savions que c’était le dernier match. C’était important, parce que nous voulions montrer que nous sommes une bonne équipe. »

Lakomy, entraîneur de la Pologne : « Le coach espagnol et moi sommes dans la même situation. Nous sommes là depuis peu de temps, et ce sont deux équipes en train de monter. La première chose à faire est de penser de manière positive, pour revenir encore plus forts. »

Jorge Duenas de Galarza, entraîneur de l’Espagne : « Nous savions que nous aurions une partie difficile, parce que la Pologne jouait sans pression. Les Polonaises ont perdu toutes les parties précédentes, mais de peu. Notre défense a été très perturbée par les nombreuses exclusions de deux minutes et l’absence de Noelia Oncina. »
Voir aussitanpis:
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Mer 12 Déc 2007 - 21:22

vu sur le site du mondial 2007

Citation :
LES QUARTS DE FINALISTES SONT CONNUS

Si les quatre qualifiés du groupe MI (Metz) étaient déjà connus, ce sont les trois derniers matches du groupe MII (Dijon) qui comportaient leur lot d’incertitude pour la qualification aux quarts de finale.


C’est la Corée du Sud, victorieuse de la Hongrie, qui a profité de la défaite de l’Espagne face à la Pologne, pour prendre le dernier billet qualificatif aux quarts de finale. La Roumanie, l’Allemagne, la Hongrie et la République de Corée seront à Bercy avec des rêves de podium. Dans l’autre groupe à Metz, l’équipe de France a superbement conclu ce Tour Principal en s’imposant face aux Norvégiennes, championnes d’Europe en titre. Cette victoire n’a pas permis aux Tricolores de quitter la quatrième place du groupe mais de prendre une grosse dose de confiance indispensable avant de défier la Roumanie jeudi à 20h30. La Norvège a toutefois conservé sa première place devant la Russie et la surprise du Mondial 2007 : l’Angola.

A noter qu’il est encore possible de se procurer les derniers billets pour les quarts de finale. Moins de 500 billets sont à la vente. Réservations sur www.ticketnet.fr ou au 08 92 05 30 05 (le retrait des places s’effectuera en magasins ou au guichet le jour du match).



Le Programme des Finalités à Paris-Bercy
Jeudi 13 décembre 2007 :


13h00 : Angola – Allemagne
15h30 : Hongrie – Russie
18h00 : Norvège – Corée
20h30 : Roumanie – France

Vendredi 14 décembre 2007 :

18h15 : Pologne - Macédoine
20h45 : Espagne - Croatie

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Jeu 13 Déc 2007 - 7:43

HANDline 111
Citation :

DE VRAIES RAISONS D'Y CROIRE


Confortée par son succès sur la Norvège, l'équipe de France joue ce soir (20h30) un match couperet, à la vie à la mort face aux vice-championnes du monde roumaines. Dans une arène de Bercy qui promet déjà d'être en ébullition, les Bleues n'aspirent qu'à une chose : se battre avec leurs armes désormais aiguisées pour poursuivre l'aventure.


Le chemin jusqu'à Bercy n'a pas été qu'une joyeuse promenade de santé. Impeccables à Pau lors du premier tour d'où elles sont reparties avec trois victoires en trois matches, les Bleues ont ensuite peiné à Metz. "C'est un mondial comme tous les mondiaux, avec des hauts et des bas. Un moment très difficile contre l'équipe d'Angola (défaite 27-29). Une qualification assurée face à la Macédoine. Et puis ensuite deux matches très différents face à la Russie puis la Norvège", se remémore Olivier Krumbholz. Tout ça, pour finalement remplir une partie du contrat. Pour atteindre le minimum syndical et se qualifier pour les quarts à Paris.

Et maintenant ? "Il faut continuer à se battre pour avoir un peu plus". Ce "un peu plus" serait en réalité une qualification pour les demi-finales. Histoire de prolonger la fête. Et pour y parvenir, il faudra passer sur le corps des Roumaines. Absentes de l'Euro 2006 en Suède, les coéquipières de l'ex-Nîmoise Ionela Gilca - aujourd'hui Stanca - auront sans doute à coeur de bien figurer. "Ca va être la guerre, promet Nina Kanto. Comme dans les tranchées. Maintenant, onn ne doit plus faire que des super matches". Comme celui proposé à la World Cup, en octobre, au cours duquel les Bleues, emmenées par une Valérie Nicolas démentielle, étaient allées s'imposer (25-24) devant ces mêmes Roumaines.

"Une force en nous"

"Cette défaite n'a pas dû les faire rire, souligne l'entraîneur des Tricolores. Parce qu'elles étaient au complet et nous pas. On a déjà montré il y a deux mois qu'on pouvait les battre. Ca nous donne la conviction qu'on peut le refaire." Et c'est ce soir ou jamais. Pour entrer dans le carré des as, les Françaises devront garder à l'esprit et dans le jeu cette rigueur et cette densité imprimées face à la Norvège mardi. Elles devront s'abreuver avec gourmandise de l'ambiance du Palais Omnisports de Paris Bercy. Sans se laisser bercer.

"La salle ne nous rendra pas imbattables, met en garde Olivier. Mais c'est une salle sonore. Nous sommes prêts à vivre cette émotion avec ce public qui pousse. Il faudra être au diapason. Je crois que ce mondial qu'on attendait depuis si longtemps a fait grandir une force en nous." Et cette force, cette inspiration, comme toujours, sera sans doute la clé du succès. Bien avant l'échéance de ce Championnat du monde, le coach tricolore répétait que le staff devait emmener les filles en quart. Et qu'après, c'est elles qui devraient prendre le relais. Bien sûr, les choix tactiques auront leur importance ce soir. Mais c'est bien dans les coeurs, au fond d'elles-mêmes que les Françaises doivent aller puiser les ressources, les coups de génie, la magie qui leur ouvriront les portes d'une histoire encore plus belle. On a hâte d'y être !


ALLEZ,ALLEZ,ALLEZ LES BLEUES
français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Jeu 13 Déc 2007 - 21:19

2EMES PROLONGATIONS: match fou,fou,fou surtout avec l'avance des françaises en 1ere mi temps (6 buts)

Bon mr Constantini pas trés content de l'arbitrage

Bon pour une fois RMC nous laisse le match en intégrale

ALLEZ LES FILLES

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Jeu 13 Déc 2007 - 21:33

L'AVENTURE FRANCAISE EST FINIE

marre enpleurs1 :enpleurs2: enpleurs1 :enpleurs2:


PAS TRES BIEN TOUT CELA


français français français
Revenir en haut Aller en bas
soph#14
Equipe régionale
Equipe régionale
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 10/10/2006

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Ven 14 Déc 2007 - 7:00

Quelle énorme déception,surtout pour des filles telles que Véronique Pecqueux-Rolland ou Isabelle Wendling. :pleurs:
Valérie Nicolas a été une nouvelle fois monstrueuse mais ça n'a pas suffit.
Félicitations particuliére à Camille Ayglon elle a fait un excellent match malgré son manque d'expérience internationale.Elle a signé un bail de plusieurs années en Bleue à mon avis. cool
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Ven 14 Déc 2007 - 7:30

handline 112

Citation :
TELLEMENT CRUEL


Les Bleues n'iront pas en demi-finale du mondial. Reines du parquet pendant une mi-temps, elles n'ont pas su plier la rencontre pour conquérir le précieux sésame. Après deux périodes de prolongation, ni le courage, ni le feu de Bercy n'ont suffit. La Roumanie a brisé le rêve des Tricolores. Reste maintenant à conquérir une cinquième place qui permettrait à la France d'organiser un tournoi de qualification olympique.


Un vent glacial s'est engouffré dans Bercy aux alentours de 22h30 hier soir. Un vent de désolation. Malgré leur courage et leur abnégation, les Bleues n'ont pas pu décrocher le sésame pour les demi-finales. Les diablesses roumaines sont venues le leur chiper après deux périodes de prolongation.

Pourtant, après vingt minutes de match, tout laissait à penser qu'il ne pouvait pas arriver grand chose aux filles d'Olivier Krumbholz. Durant la première période, les Roumaines ne faisaient que déambuler devant une défense tricolore hermétique. Et, quand de temps à autre, elles parvenaient à se faufiler dans les fines mailles de l'armure bleue, Valérie Nicolas brandissait son bouclier pour écoeurer un peu plus les tireuses.

Devant, la ligne d'arrières, visiblement plus en confiance depuis la belle victoire face à la Norvège à Metz, faisait parler ses bras. A tel point que la France comptait jusqu'à sept longueurs d'avance. Et rejoignait les vestiaires forte d'un crédit de six buts (8-14). Et puis... Il y a eu cette entame de seconde période. "Désastreuse", selon Olivier Krumbholz.

Les Bleues demeurent alors stétiles jusqu'à la 39ème minute et un penalty de Myriam Borg. Les Roumaines, elles, ne sont pas restées dans les starting blocks. Maier et surtout Neagu - tout juste 19 ans - ont retrouvé la foi, et le chemin des filets pour ramener les filles des Carpates sur les talons tricolores. "A la mi-temps, on ne s'est pas cru arrivé, murmure Nina Kanto, les yeux humides. On savait que ce serait dur. Qu'elles avaient souvent été menées avant de s'imposer". Dur. En effet.

"Ca ne s'est pas joué à grand-chose"

Au fur et à mesure de cette seconde période, la muraille bleue s'est fissurée, offrant de trop larges ouvertures aux assaillantes roumaines. Aux attaques justes et décisives des trentes premières minutes se substituaient des passes moins ajustées. Trop souvent interceptées. La mécanique était en train de se gripper. A tel point que c'est finalement la France qui fut dans l'obligation d'arracher une prolongation dans les dernières secondes du temps réglementaire. Mais sans doute était-il déjà trop tard.

La réussite était en train de choisir son camp. A l'image de la gardienne roumaine, Dinu, qui prenait le relais de Valérie Nicolas pour faire le spectacle. Alors, il ne restait aux Bleues que leur légendaire courage. Aux tripes, elles sont allées chercher une seconde période de prolongation. Le coeur y était toujours. Mais les corps étaient trop usés. Le bras de Neagu - toujours- ne faisait pas défaut. Et Luca, par deux fois, poignardait les Bleues définitivement. "On s'est battu. Personne n'a fuit, poursuit Nina Kanto. Les deux prolongations prouvent bien que les deux équipes se tenaient et que ça s'est joué à pas grand-chose." A un coup de rein. Un coup de rien...


BON MAINTENANT IL FAUT ABSOLUMENT LA 5EME PLACE , c'est important pour les JO


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Ven 14 Déc 2007 - 22:41

handline 113

Citation :
PENSER A PEKIN

Ce sera dur. Mais, après une journée de digestion, les Bleues doivent absolument trouver les ressources nécessaires pour venir à bout, ce midi, de la Hongrie. Puis du vainqueur d’Angola-Corée demain. Les Tricolores se hisseraient ainsi à la 5ème place du mondial. Synonyme d’organisation d’un tournoi de qualification olympique au printemps prochain.


« Ca va se jouer au mental, promet Camille Ayglon. A l’enthousiasme, à l’envie ». Hier matin, la jeune arrière des Bleues se confiait, la voix encore vacillante, marquée par la défaite de la veille face aux Roumaines. Mais, déjà, elle appelait les troupes à la remobilisation pour aller décrocher une cinquième place capitale dans l’optique des Jeux de Pékin. « Bien sûr, notre objectif, c’était quand même le podium. Maintenant, il faut se concentrer sur le match de demain (aujourd’hui) ». Face à la Hongrie.

« C’est dur, lâche, quant à lui, Olivier Krumbholz. Les anciennes sont évidement très déçues. Les plus jeunes, sans doute un peu perdues. » L’entraîneur des Bleues a, lui aussi, eu le temps de repenser au quart de finale, au long chemin qui a amené son équipe à Bercy. Et, depuis jeudi, il regrette toujours « la défaite face à l’Angola qui nous a engagés sur le parcours du combattant ». Mais un parcours qui n’est pas encore achevé.

Retourner au combat

De retour à l’hôtel jeudi soir après le match de la Roumanie, les filles ont longuement parlé. Assises dans les couloirs devant leurs chambres. Sans doute ont-elles cherché à comprendre comment ce match avait pu leur échapper. Elles qui avaient toutes les cartes en main en première période. La nuit n’a pas effacé la douleur, l’amertume. Espérons que la journée d’hier, consacrée au repos et à la préparation du match de la Hongrie, aura contribué à panser les plaies. Juste assez longtemps pour retourner au combat.

Car, contre les Hongroises, « il nous faudra faire de la guérilla urbaine, annonce Olivier. Si la bataille est rangée dans la vallée, ce sera plus dur ». Contre les Hongroises, il faudra, encore une fois, y allait au mental, à la foi. Et s’appuyer sur un public que le groupe France espère présent. « J’appelle les gens qui aime cette équipe à venir demain (aujourd’hui) à 12h30. Et a rester pour les demi-finales qui vont offrir un beau spectacle. Il faut honorer cette fête, même si la France a été éliminée ».

Pour que ce mondial français marque les esprits comme ayant été l’un des plus beaux rendez-vous du handball féminin de ces dernières années.



site modial 2007

Citation :
En emportant la 9e place du Mondial au dépens des Espagnoles (30-25), les Croates conservent l’espoir de participer à un tournoi-préolympique. Pour l’Espagne, 1Oe, le rêve pékinois est brisé
.


Matche de classement (Paris Bercy)
15/12/2007 - 12h30 : France - Hongrie


français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Sam 15 Déc 2007 - 15:02

:megaphone:Voilà ,elles ont gagné 32-27

maigre consolation mais c'est important pour les JO , leurs supporters et leur mental

Equipe.fr

Citation :
Olivier Krumbholz (entraîneur de l'équipe de France) : «On ne doutait pas d'une réaction. Les Hongroises nous ont fait un peu peur dans les premières minutes mais après on a tout remis en ordre. On a très bien joué une fois de plus face à un adversaire redoutable. On a eu encore cette période difficile en deuxième mi-temps où elles reviennent, on a subi dans les 5 contre 6 comme d'habitude, ça leur a permis de revenir au score. Il y avait chez nous cette espèce de tristesse qui me faisait peur. Mais elles ont su la surmonter, elles ont été très "pro", même si je n'aime pas trop cette expression. Il y a beaucoup de monde qui a fait l'effort de venir à 12h30, ça nous a bien soutenus dans les moments difficiles. Il faut que ça continue, demain (dimanche) c'est un match capital pour le handball français, si on gagne on organise le tournoi de qualification olympique, c'est très, très important».


Siraba Dembélé (ailière de l'équipe de France) : «On a perdu en quarts de finale mais on a encore quelque chose à jouer. Ce n'est pas fini. On avait envie de bien faire devant notre public. Si on était parti "en live" ça aurait été un manque de respect vis-à-vis de tout le monde, du public qui est venu nous voir à 12h30».

français français français
Revenir en haut Aller en bas
Vio
Equipe des Experts
Equipe des Experts
avatar

Nombre de messages : 1833
Date d'inscription : 20/03/2005

MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   Sam 15 Déc 2007 - 19:48

SITE mondial 2007
Citation :
La France affrontera demain la Corée du Sud, dans un match important en vue de la qualification pour les JO de Pékin. La Hongrie, loin de ses objectifs initiaux, en découdra avec l’Angola pour la 7e place.



Citation :
La Corée du sud a facilement disposé de l’Angola (41 – 33). Dominées de bout en bout, les championnes d’Afrique n’avaient pas grand’ chose à voir avec l’équipe victorieuse des Françaises au tour principal. La Corée disputera la 5e place au vainqueur de France – Hongrie.

Soixante quatorze buts. Coréennes et Angolaises ont offert à Bercy le match le plus prolifique du mondial. Et ce sont les Asiatiques qui l’ont emporté, au terme d’une partie totalement maitrisée.

Dès l’entame du match, les championnes d’Afrique ont été dépassées par des Coréennes extrêmement vivaces. Les Africaines n’ont que rarement réussi à perturber les offensives coréennes. Et alors que l’Angola ne parvenait pas à trouver la clé en attaque, la Corée se montrait d’une efficacité remarquable en contre (10 buts).

Grâce à une supériorité technique manifeste, et des gardiennes infranchissables (43% de réussite en 1ère mi-temps), la Corée du Sud accentuait encore son avance, pour atteindre la pause sur le score confortable de 23 – 12.

Un jeu ultra-rapide, une adresse impressionnante (71% de tirs réussis), et une Sunhee Woo inarrêtable (11 buts) permettaient aux Asiatiques de maintenir l’écart en seconde période. Celui-ci ne passera jamais en dessous de +8, et grimpera même jusqu’à +12 (39 - 27, 55e). Malgré un sursaut d’orgueil en fin de partie, les Angolaises n’ont jamais été en mesure d’inquiéter la Corée, qui s’impose finalement 41 – 33.

Les Coréennes sont d’ores et déjà assurées de faire mieux qu’il y a deux ans. A Saint-Pétersbourg, elles avaient fini huitièmes. Demain, elles se battront pour la cinquième place. Ce sera face au vainqueur du duel France – Hongrie.


:tambour: ALLEZ LES BLEUES :tambour:
français français français


Dernière édition par le Dim 16 Déc 2007 - 13:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mondial 2007 en France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mondial 2007 en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [RB IDF] - Mondial 2007 : soirée d'ouverture
» mondial du 2 roues 2007
» Mondial Handball féminin
» Mondial Body Fitness 2008 - PARIS
» Championnat du monde 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Supporters de l'USAM ! :: Handballez-vous ! :: La Planète des Bleu(e)s-
Sauter vers: